Partie 4

L’horloge du retour a sonnée
J’aimerais arrêter le temps
Tenir les aiguilles, les coller
Fait impossible, malheureusement

Je regarde la nature
Je sais que c'est terminé
Comme les immatures
Il faut s'en retourner

Sous cette pluie d'octobre
Je suis très heureuse, enfin
De pouvoir mettre un refrain
Sur ces mots si sobres

Combien de fois, ai-je imaginé
Cette journée, dans mes pensées
Jamais je n'aurais cru y trouver
Autant de moments d'affinités

Je garde un souvenir inoubliable
De cette journée mémorable
Puisse-t-on un jour la renouveler
Pour qu'à mon tour, je puisse, t'amitier

Et voilà un menu de faits importants
Mais si parfaits pour les hommes ordinaires
Qu’ordinairement de tels événements
Sont réfutés comme étant extraordinaires

Make your own free website on Tripod.com